LA PAGE DU TECHNICIEN

LA PAGE DU TECHNICIEN

LES BATONS DE RANDONNEE.

Considérés par certains comme superflus et encombrants, les bâtons de randonnée ne présentent que des avantages. Ils soulagent le dos, les articulations, diminuent la fatigue, rythment la marche et font travailler le haut du corps. Il est recommandé d’utiliser deux bâtons pour une répartition symétrique du mouvement et un meilleur équilibre.
 
CHOIX DU TYPE :
Les bâtons rigides mono brin sont plutôt conseillés pour la marche nordique.
Pour la randonnée choisir des bâtons télescopiques à 3 brins. Ils sont adaptables au terrain (plus longs en descente) et faciles à ranger dans un sac.
 
CHOIX DES BATONS :
La matière : Le carbone super léger, plus cher et plus fragile.
                          L’aluminium est léger et robuste. C’est la solution la moins onéreuse.
                          Le composite permet un compromis légèreté – robustesse.
La poignée : L’ergonomie doit être bien adaptée à la main afin d’éviter les ampoules.
                                Le plastique est à éviter.
                                Le caoutchouc est plus confortable.
                                La mousse est légère et confortable.
                                Le liège est léger, confortable et évacue mieux la transpiration.
La dragonne : Bien réglée elle est utile au moment de la poussée.
                                La sangle simple est suffisante pour les petites balades.
                                La sangle confort est appréciable pour les longues randonnées car doublée d’un matériau adoucissant, elle diminue le risque d’ampoule.
Les rondelles : La petite évite de coincer le bâton entre deux rochers et de le casser.
                                    La grande évite d’enfoncer le bâton dans la neige.
La pointe : Privilégier une pointe en carbure de tungstène qui résiste mieux à l’usure.
 
REGLAGE EN LONGUEUR DES BATONS TELESCOPIQUES :
Les 2 brins doivent être réglés à la même longueur. N’en déplier qu’un seul est une erreur. Exemple si vos bâtons doivent avoir une longueur de 115cm, régler le brin du bas et celui du haut sur la graduation 115. Serrez fermement les brins sans exagération.
Choix de la longueur pour marcher sur le plat : multipliez votre taille en cm. par 0,68 en arrondissant à l’unité inférieure. Exemple : votre taille 170cm x 0,68 =115,6, vous réglez vos bâtons à 115.
 
TECHNIQUE DE MARCHE :
Sur le plat : faites le pas alternatif (avancer la jambe gauche et le bras droit).
En montée : faites le pas alternatif. Les bâtons permettent de soulager les lombaires et de donner un meilleur équilibre, surtout avec un sac à dos.
En descente : augmentez la taille des bâtons de 5cm. Enlevez les dragonnes et tenez vos bâtons par la poignée ou sur le dessus avec la paume de la main ce qui évitera une blessure du poignet ou de l’épaule en cas de chute. Descendez face à la pente en pas alternatif et ayez toujours un bâton en appui. Pas d’appui simultané des 2 bâtons.
En dévers : le bâton aval est tenu par la poignée et le bâton amont est tenu par le tube.
 
ENTRETIEN :
Après usage desserrez les bâtons, nettoyez et séchez en les essuyant. Pas d’huile.

La page du technicien

REGLES D'ENCORDEMENT EN MONTAGNE

Pourquoi s’encorder :

Que ce soit en randonnée pédestre, raquettes ou skis, certaines situations nécessitent que l’on s’encorde par mesure de sécurité. Lorsque l’on est sur une forte pente, un terrain glissant, une barre rocheuse, des éboulis, sur une échelle, s’entourer d’une corde permet de se sécuriser et en cas de chute, la personne tombera mais sans dévaler de tout son poids.
 
Emploi de la corde :
En randonnée la corde est souvent utilisée en main courante. Lors d’un passage difficile la corde est fixée à un arbre ou un rocher et est là comme une rampe d’escalier. Elle est utilisée également pour les traversées de gros torrents où il y a beaucoup de courant. Elle n’empêche pas la chute, mais évite d’être emporté. Lors de traversées de pentes neigeuses en raquettes, si une personne a peur de glisser, l’encordement est un moyen de mise en confiance et de progression en toute sécurité.
 
Techniques d’encordement :
Le meilleur nœud en randonnée est celui dit « queue de vache ». C’est le plus simple et le plus facile à faire, son inconvénient : il est difficile à défaire. Il est très facile à apprendre et tout randonneur doit savoir le faire s’il veut une certaine autonomie.
 
Comment assurer :
Cela ne demande pas une grande technique mais il est bien de la mettre plusieurs fois en pratique dans différentes situations. La personne qui assure va s’encorder, c’est à dire mettre la corde autour de sa taille et se « vacher » (s’accrocher autour d’un arbre, d’un rocher, d’un câble ou d’une échelle) avant d’accompagner la progression de son compagnon en donnant du mou. Si l’on peut tout faire avec une corde, l’emploi d’un mousqueton et d’une sangle permet d’être plus rapide et efficace.
 
Choix de la corde :
Il existe différents types de cordes. Celles réservées à l’alpinisme, l’escalade…
sont dynamiques, le diamètre et la longueur sont plus importants que celles réservées à la randonnée qui ont un diamètre d’environ 8 mm et entre 20 et 50 mètres de long. Compte tenu de leur durée de vie c’est un bon investissement à condition d’en prendre soin (ne pas marcher dessus avec des raquettes ou des crampons).
CLUB ALPIN FRANCAIS CHALON SUR SAONE

ESPACE JEAN ZAY
4 RUE JULES FERRY
71100  CHALON SUR SAONE
Contactez-nous
Tél. 03 85 93 10 21
Agenda