Carnet de route

TOUR DU BEAUFORTAIN

Sortie :  Tour du BEAUFORTIN du 30/06/2020

Le 30/06/2020 par FEVRE Emmanuel

Compte-rendu du Tour du Beaufortain 2020

Mardi 30/6/2020

Pas d'efforts aujourd'hui, c'est la journée d'approche ... en voiture. Le gros de la troupe se retrouve aux Saisies pour être à pied d'œuvre pour demain matin. Nous logeons au Véry, mangeons au restaurant Le Copon, l'accueil est sympa et le dîner aussi. 

Ici comme dans les hébergements des jours suivants les mesures sanitaires sont en place. Le respect de la distanciation s'applique pour les relations intergroupes mais pour la vie à l'intérieur du groupe, vu que nous allons vivre à quatorze jour et nuit ensemble, la "différence avec le monde d'avant" est que nous ne nous faisons pas la bise tous les matins... Pour en finir avec le chapitre du COVID, nous trouverons tout au long du voyage gel hydroalcoolique partout, voire de temps en temps obligation de désinfecter les douches après notre passage, les masques seront généralement conseillés mais facultatifs, et il nous a été demandé de porter notre duvet : pas de couverture dans les refuges et gîtes. Plus d'une semaine après la fin de l'aventure tout le monde se porte bien. Ouf...

 

Mercredi 1/7/2020

Le petit déjeuner est copieux et servi par une patronne complètement aphone.

En voiture nous descendons à Hauteluce où nous rejoint le dernier randonneur qui n'avait pu être avec nous hier.

C'est là que les choses sérieuses commencent. Les sacs sortent des coffres, chacun annonce le poids, Jean-Michel sort le peson pour mettre les choses à plat : cela varie entre 7 et 14 kg suivant les capacités de portage de chacun. Manu doit avoir le plus lourd mais il trimbale un bout de corde et la trousse de secours ... en plus de la lourde responsabilité de l'organisation... J'estime le mien à 11 kg avec le plein d'eau, mais il ne me pèsera jamais trop, j'ai investi il y a quelques années dans un sac qui me donne entière satisfaction (marque américaine avec un logo en forme de rapace...).

La photo ci-dessous vous présente les participants juste avant le départ : de gauche à droite, Hubert, Evelyne, Fabienne, Claude, Pascal, Annick, Manu, Sandrine, Jean-Michel (caché derrière Sandrine), Serge, Philippe, Marie-Jo, Nelly ... et Michel derrière l'objectif

8h41 / km 0 / alt 1130m : Hauteluce

C'est parti !

Traversée du village, et puis droit dans la pente, c'est très vite raide ! Les positions relatives de chacun s'établissent, elles nous donnent une bonne idée de ce qui se passera dans la semaine : Hubert avec ses cannes et son coffre d'alpiniste sera devant, voire très devant comme un électron libre, ensuite les bons marcheurs et marcheuses (morphologies diverses : des petit(e)s, des grands, des léger(e)s, des plus lourds), ensuite le peloton des marcheurs "normaux", puis pour finir un petit "grupetto" de fin de peloton dont je serai un membre assidu. Pour tout dire je serai souvent derrière sur le plat et dans les descentes, et je grapillerai quelques places dans les montées. Sagesse de vieux montagnard, si je veux durer il me faut respecter mon propre rythme...

11h34 / km 5.7 / alt 1976m : Mt Clocher

Fin de la première montée, tout le monde se repose ... pas longtemps vu qu'ils annoncent des orages dans l'après-midi. Tout de même le cadre et le panorama sont magnifiques.

12h23 / km 9 / alt 1960m : col de Véry

C'est l'heure du picnic bien mérité et au milieu des fleurs s'il vous plaît.

 15h21 / km 15 / alt 2010m : Chalets du Joly

Depuis la reprise nous avons traversé de grandes zones d'alpage, ce sera notre cadre quotidien : verdure à tous les étages, des milliers de fleurs, des centaines d'espèces, de l'eau partout, le "pied" pour les amoureux de nature que nous sommes. Dans ce domaine nous avons notre experte, Sandrine animatrice au Centre Eden de Cuisery, elle mettra tout au long du voyage un nom sur nos interrogations ... de la Benoîte des ruisseaux à la Crépide dorée en passant par la Violette à deux fleurs. De quoi épater ou barber nos proches suivant le cas.

Pour l'heure nous avons notre premier estropié en la personne de Jean-Michel qui souffre le martyre entre les mains expertes de nos infirmières (voir photo).

Nous attendons un peu Nelly et Claude qui se sont fourvoyées de quelques mètres dans les hautes herbes. Nelly ne va pas trop bien, handicapée par des douleurs intestinales, elle finira la journée en faisant appel à sa ténacité.

16h08 / km 17 / alt 1930m : lac de Roselette

Je me retrouve seul pendant 30min en suivant la trace GPS. Le reste du groupe a suivi le chef sur une piste plus large puis dans une improbable traversée d'alpage. Je les vois dans la pente d'en face dans les herbes hautes.

17h21 / km 21 / alt 1460m : refuge privé de Nant Borrant

Nous arrivons dans un magnifique petit refuge. Tout le monde est là, Nelly avec une menthe à l'eau et la plupart des autres avec une bière très appréciée. Une délicieuse douche, un bon repas savoyard, l'orage qui gronde dehors, que du bonheur !

Bilan : 21km / +1230m -890m / 8h40

Jeudi 2/7/2020  

8h26 / km 0 / alt 1460m : départ du refuge de Nant Borrant  

10h48 / km4.8 / alt 2030m : Tumulus des Dames

ça monte depuis le début. Nous avons passé le Refuge de la Balme, puis l'embranchement des Lacs Jovet où seul Hubert est allé. Nelly a retrouvé sa forme habituelle mais Claude a de la peine depuis les premières pentes, elle est un peu nauséeuse et sans son énergie habituelle. Serge la soulagera plus tard de son sac à dos et Nelly lui sert de poisson pilote en adoptant un rythme très tranquille.

11h50 / km 6.4 / alt 2329m : col du Bonhomme

Nous avons traversé les premiers névés. Les nuages s'accumulent sur le Mont Blanc, il se cache. Un petit vent frais se lève. Petit débat : est-il l'heure de manger ? Unanimité pour se reposer et manger. 

Et puis sur le névé du col nous voyons arriver bon train un jeune quidam, VTT sur le dos. Apparemment lui il n'a pas faim, il enchaîne sur les névés raides et montants qui suivent, nous l'apercevrons dans l'après midi  bien loin roulant sur la crête effilée des Gittes que nous ferons demain. Chapeau bas, nous apprécions en connaisseurs !

13h56 / km 8.6 / alt 2433m : refuge CAF de la Croix du Bonhomme

Nous arrivons au refuge après la traversée de plusieurs névés. Hubert a bifurqué quelques centaines de mètres avant pour monter direct à la Tête Nord des Fours. Nous sommes quelques-uns à vouloir y aller mais auparavant il nous semble sage d'alléger les sacs ou même de les abandonner, certains iront même jusqu'à boire un petit café.

15h13 / km 11 / alt 2756m : Tête Nord des Fours

Avec Nelly et Philippe, rejoints au sommet par Jean-Michel, Serge, Sandrine et Fabienne nous admirons le panorama, aidés par la table d'orientation. Malheureusement les nuages se généralisent, ça promet pour demain ! L'air est si frais que Jean-Mi a cru apercevoir des pingouins. Photo souvenir, derniers regards, bien contents d'être montés. La descente est un régal, à glisser le plus bas possible sur de longs névés débonnaires.

16h / km 12.6 / alt 2433m : refuge CAF de la Croix du Bonhomme 

Terminé pour aujourd'hui !

L'accueil par la jeune équipe du refuge est bon, mais le refuge est froid et sans trop de personnalité. Le dortoir est froid et humide. Le repas est le pire de notre périple et de loin ... Soupe bien claire et polenta peu cuite, sans viande. Grincements de dents chez les cafistes que nous sommes. Par consolation les durs à cuire sortent les fioles du sac : whisky, marc, "Sans doute" (c'est le breuvage de Serge, ainsi nommé quand il ne sait pas bien de quoi il est composé). En tout cas bon somnifère ! Coucouche panier !

Bilan : 14km / +1350m -390m / 7h34

Vendredi 3/7/2020  

7h30 / km 0 / alt 2433m : départ du refuge de la Croix du Bonhomme 

Il a plu cette nuit. Ce matin il bruine encore et apparemment nous sommes à la hauteur des nuages, la visibilité est de quelques dizaines de mètres.

8h / km de 0 à 3 / alt de 2450m à 2538m : la Crête des Gittes

Un des plus spectaculaires passages de notre périple, nous le voyons de loin depuis deux jours, nous y avons vu hier de très loin caracoler un VTT, nous en avons parlé avec ravissement ou avec une pointe d'appréhension suivant les individus. Ce matin c'est tout humide et tout blanc, tout le monde est un peu déçu et quelques uns conservent leurs craintes en imaginant des gouffres vertigineux.

9h50 / km 6 / alt 1830m : Plan de la Lai

700 m de descente, je traîne derrière, les descentes et les matinées ne sont pas mon fort. De toute façon nous ne sommes pas vraiment à notre avantage, mouillés, calfeutrés, crottés. Claude ce matin s'était maquillée, surement pour attirer les marmottes. Peine perdue, elle se désole, son rimmel coule !

12h30 / km 13.5 / alt 1800m : au dessus de Treicol

Nous sommes en retard sur le plan de route de Manu (nous aurions du manger à Presset), mais la faim se fait sentir. Cela fait 7.5km que nous sommes dans les alpages au dessus du lac de Roselend, et nous n'en verrons pas un seul reflet. Mais nous sommes assurément dans les alpages : de belles têtes de tarines, le son de leurs clarines, leurs installations de traite en pleine pente qui empiètent sur le sentier avec en conséquence enjambement des clôtures électriques et pataugeage précaire dans les déjections de ces dames (Beurk !). 

Il ne fait pas chaud et le pain "bio et fait maison" du refuge a tout de l'étouffe chrétien. Une demi-heure et c'est bâclé ...

13h30 / km 14.3 / alt 1900m : peu avant Presset

Un premier passage de torrent. Admirez les élégants bipèdes !

Peu après un deuxième torrent plus périlleux. Regardez la photo : Manu ne veut pas voir ça !

15h20 / km 18.5 / alt 2398m : Col du Coin

Le morceau de bravoure de la journée ! Une montée très raide, un brouillard à couper au couteau, un névé. Peut-être ne vaut-il mieux pas voir le décor ? Claude en est persuadée, impressionnée elle monte sur la pointe des pieds. Manu et moi qui l'accompagnons avons beau dire, elle garde sa technique de ballerine. Avec quel soulagement elle débouche au col !

16h / km 19.5 / alt 2260m : Plan des Marmottes 

Relâchement après l'effort et brouillard toujours plus épais font que nous avons divergé de la trace prévue. Les experts se réunissent autour des GPS et après deux corrections trouvent un bon itinéraire pour retrouver la trace de référence peu avant le Cormet d'Arêches.

17h33 / km 26.2 / alt 1884m : refuge privé de l'Econdu 

Arrivée dans un adorable petit refuge, il y fait chaud, il est cosy comme une bonbonnière, l'accueil y est chaleureux. Tout à fait adapté après une longue journée dans des conditions humides.

Nous allons nous y requinquer autour des bières de rigueur, d'une excellente croziflette et si j'ai bonne mémoire d'un verre de génépi servi par Brigitte, une authentique savoyarde adepte de trail connaissant parfaitement sa montagne. Au bout du compte, avec un tel régime, cette journée va rester un excellent souvenir.

Bilan : 26.2km / +1200 m -1770m / 10h06

Samedi 4/7/2020  

8h42 / km 0 / alt 1884m : départ du refuge de l'Econdu

Il fait beau ce matin, l'étape n'est pas trop longue, nous ne sommes pas pressés et profitons du délicieux petit déjeuner. A quelques mètres vers un petit terre-plein, des marmottons font le spectacle sous l'oeil vigilant de leur parents. La patronne nous prend en photo et nous a indiqué un parcours confidentiel qui nous permettra de gagner en distance et dénivelée.

10h30 / km 4 / alt 2160m : la crête au dessus du chalet de Riondet

Le parcours conseillé nous enchante. En particulier une zone d'alpages sans sentier où il faut évaluer le terrain, le rapprocher des informations données par la gardienne, consulter la carte et les GPS. L'objectif est fixé, c'est un petit rocher plus haut sur une crête, admirez la cohésion du groupe et les multiples stratégies pour aborder la pente ... quel plaisir de tracer son chemin.

11h / km 5.3 / alt 2120m : le col de la Louze

Petite halte à ce col que nous retrouverons dans 3h après avoir fait un aller et retour aux lacs de la Tempête. Le Mont Blanc daigne nous saluer avec sa couronne de nuages.

12h / km 7 / alt 2100m : les lacs de la Tempête

Nous apprécions tous ce vallon de moyenne montagne, plus minéral que les alpages, écrin de plusieurs lacs.

Sandrine, notre naturaliste maison part à la pêche au triton alpestre. Surprise, il n'y a pas que les bressans qui ont le ventre jaune !

Repas autour du lac et c'est reparti.

14h20 / km 9.5 / alt 2400m : en dessous du Grand Mont 

La montée a été rude, Serge et Hubert ont joués aux sherpas et sont redescendus chercher les sacs des plus fatigués. La fin de parcours est sans sentier, nous retrouvons le plaisir de chercher le bon cheminement parmi névés et rochers piquetés de temps à autre d'une balise vieillissante. Un aspect de la montagne que j'aime...

Où est Hubert ? Là-haut le petit point rouge sur une bande de névés. Il monte au sommet du Grand Mont.

Le reste du groupe descend. Quelques uns font des arabesques sur les névés et ... sur les fesses, ça rigole.

 15h40 / km 11 / alt 2300m : en dessous du Grand Rognoux

Toujours bon dernier en descente, je rejoins mes amis. Que se passe t'il ? Malédiction, frappés par un dieu de la montagne, ils se prosternent en direction du Mont Blanc.

Ouf ! Ils sont simplement encouragés par la grande prêtresse Sandrine, ils respirent à pleins poumons l'odeur vanillée de la nigritelle noire.

16h32 / km 13.3 / alt 1980m : refuge de l'Alpage 

Le reste de la descente louvoie le long d'un télésiège. D'ailleurs le refuge où nous arrivons est en hiver un restaurant d'altitude, il a été refait en 2016, il semble neuf.

Le patron y va de son couplet Covid, il semble à cheval sur les masques. En pratique ce ne sera pas trop contraignant.

L'accueil est très bien, le dîner aussi. Et pour finir la soirée pimentée de "Sans doute" (voir épisodes précédents).

Bilan : 13.3km / +840 m -740m / 7h50

Dimanche 5/7/2020

8h19 / km 0 / alt 1980m : refuge de l'Alpage

Bon petit déjeuner, même si le chocolat de Jean-Michel est perfectible (servi mélangé au lieu d'avoir la poudre et le lait chaud séparés). Il le sait depuis la veille alors il ne mord pas la serveuse...

Le départ se fait sous un soleil radieux, plus aucun nuage accroché au relief.

11h20 / km 6.7 / alt 1890m : col de la Bathie

Aujourd'hui c'est panorama à tous les virages. Ce matin c'était le Mont Blanc, puis la Vanoise avec Bellecôte et la Grande Casse. Cet après-midi ce seront les Ecrins, la ville d'Albertville à nos pieds, les massifs des Bauges, de Belledonne et de Chartreuse.

12h30 / km 8.8 / alt 2080m : sous les lacs de Lavouet

Il est temps de manger, nous profitons d'un replat au milieu d'une longue montée sous un soleil de plus en plus chaud.

13h20 / km 9.4 / alt 2130m : sous les lacs de Lavouet

Peu après le redémarrage nous croisons des VTT électriques qui descendent. Le sentier est parfois compliqué pour eux (petits passages rocheux de temps à autre), il y a des pilotes sur le vélo et d'autres à côté du vélo, ils ont du galérer en montant pour pousser les engins...

15h30 / km 13.5 / alt 2040m : vers la Roche Pourrie

Petite halte avant d'attaquer la descente finale de 6.5 km et de 1030 m de dénivelée. Il va falloir serrer les freins pour économiser les genoux ...

17h20 / km 20 / alt 1012m : gîte de Molliessoulaz

Ouf ! Je suis arrivé ! La descente est usante, j'ai préféré ne pas faire de halte sous peine de ne pas repartir, heureusement les derniers kilomètres sont sous la forêt sur un sentier raide mais régulier souvent agrémenté d'un tapis d'aiguilles de sapin.

L'accueil est très bien, le soleil est chaud, les boissons fraîches.

Le repas sera local : pormonaise (saucisse aux légumes, poireau et blette), crozets. Et à la fin de la soirée il faudra finir le "Sans doute".

Bilan : 20km / +870 m -1880m / 9h

Lundi 6/7/2020

8h15 / km 0 / alt 1012m : gîte de Molliessoulaz

Dernier jour de marche, il s'agit de rejoindre notre point de départ en longeant le Doron puis en montant  à Hauteluce, fini les grands espaces.

Il y a du mou au départ, certaines parlent robot de cuisine (je n'ai pas le droit de citer la marque) et en oublie leurs bâtons ...

Aïe mes genoux ! La descente continue aussi raide qu'hier.

11h30 / km 12.4 / alt 710m : Intermarché de Villard sur Doron

Nous comprenons que nous sommes revenus de plein pied dans la civilisation lorsque nous traversons un chantier garni d'engins et d'hommes travaillant le bitume. Nous avons l'impression d'être à côté de la plaque ...

13h / km 16 / alt 930m : Les Vanches  

Depuis midi nous montons vers Hauteluce en coupant les lacets d'une route très fréquentée. Les traversées de chaussée avec un tel groupe ne sont pas toujours facile à organiser, les ordres fusent, tout se passe bien.

Nous recherchons le sentier qui coupe les virages, ils ne sont pas toujours entretenus. Finalement nous quittons le grand axe pour prendre une route secondaire peu fréquentée, assis sur le parapet dans un virage nous mangeons, il est temps, l'heure avance.

14h10 / km 17.9 / alt 1100m : Les Cotes

La suite de la montée nous permet de retrouver un cadre plus naturel à l'ombre sous le couvert d'une forêt de hêtres. Finalement nous débouchons dans les alpages et les chalets, nous approchons d'Hauteluce.

14h43 / km 19.8 / alt 1100m : Hauteluce

La boucle est bouclée.nous sommes arrivés !

Regardez la photo comme ils sont heureux !

Mais ??? Il nous en manque un ! Hubert, où est-il ? C'est pas qu'on s'inquiète vu les capacités du bonhomme, mais tout de même.

L'explication nous arrive quelques minutes plus tard : toujours en avant et sur sa lancée il est allé trop haut, puis ne nous voyant pas arriver il est redescendu pour reprendre le bon chemin. Comme quoi La Fontaine avait bien senti le casting avec "Le lièvre et la Tortue" : Hubert dans le rôle du lièvre et Michel dans le rôle de la tortue ...

Bilan : 19.8km / +770 m -600m / 6h28

La journée se poursuivra par un pot à la terrasse d'un café à Beaufort. Je pense que le sentiment général est d'avoir partagé un excellent moment ensemble et d'avoir formé un groupe qui a su fonctionner parfaitement.

Sur quoi Serge nous quittera. Le reste de la troupe ira dormir à l'hôtel à Arêches après un bon repas et un verre de Crémant de Savoie offert par Pascal.

Le lendemain matin après une visite à la coopérative laitière tout ce beau monde se séparera pour repartir vers la Saône et Loire.

Bilan total : 114km / 6280 m

A noter : les chiffres annoncés sont ceux produits par mon GPS et relus avec BaseCamp (logiciel Garmin). Suivant les réglages des GPS et les logiciels relisant les traces les données peuvent varier légèrement en distance et dénivelée.

Amicalement

Michel Videau

 

 

CLUB ALPIN FRANCAIS CHALON SUR SAONE

ESPACE JEAN ZAY
4 RUE JULES FERRY
71100  CHALON SUR SAONE
Contactez-nous
Tél. 03 85 93 10 21
Permanences :
Mercredi, Jeudi et Vendredi 14 h - 19 h
Activités du club
Agenda