Carnet de route

Rando Gorges du Dailley 14 au 16 JUILLET 2017

Le 19/07/2017 par Anne Marie BRUSSIER

SUPERBE RANDONNEE AUX GORGES DU DAILLEY (SUISSE)

Organisateurs : René MARTIN et Jean-Jacques PERRAUT

Pour ce long week-end du 14 juillet, 16 membres du Club s’étaient donnés rendez-vous à
9 h 30 aux Granges un lieu-dit valaisan pour laisser leurs voitures et prendre le départ de notre première randonnée « les gorges du Dailley » par lesquelles on accède d’abord par un sentier forestier, suivi d’une montée vertigineuse de 600 marches et plusieurs passerelles permettant de voir d’assez près les cascades de ce fougueux torrent. En tout 410 m de dénivelé mais l’effort en valait la peine.

Retour aux voitures où avant de continuer notre deuxième périple de la journée, la montée à l’auberge de Salanfe à 1950 m d’altitude, nous apprécions notre pique-nique et rechargeons les batteries car 2 bonnes heures de montée nous attendent et les sacs à dos  chargés risquent de peser lourds.   Après avoir laissé les voitures au bout de la route carrossable, le début de l’ascension est plutôt rude, et il y a encore des escaliers assez raides qui nous font prendre rapidement de l’altitude pour arriver sur un chemin plus large nous permettant d’accéder tranquillement au pied du barrage et  sur le plateau où nous découvrons un panorama grandiose sur les Dents du Midi et le lac de Salanfe. Toute l’équipe de l’auberge est accueillante, un dortoir nous est réservé et chacun trouve la place qui lui convient pour un repos bien mérité.
Le repas est apprécié, il faut déjà penser au lendemain, donc on se couche tôt pour se lever tôt. Au programme, le col d’Emaney (2462 m) qui nous promet au sommet une belle vue sur le Mont Blanc… A 8 h nous commençons par un sentier montant gentiment au bord du lac bordé de prairies parsemées de fleurs multicolores, la nature est belle en cette saison. Ensuite le parcours devient minéral, la montée plus raide, pour certains les arrêts pour souffler sont nécessaires, qu’importe la volonté est plus forte, ce n’est pas Jeanine qui me contredira. Au sommet tout le monde admire le paysage, à travers les nuages ont entraperçoit la chaîne du Mont  Blanc. La pause est de courte durée, il faut redescendre en partie ce que l’on a gravi à la sueur de notre front, certaines d’entre nous appréhendent un peu et prennent un peu d’avance, tout se passe bien et au bord d’un petit lac glaciaire nous nous installons pour pique-niquer, un choucas effronté vient  nous rendre visite espérant bénéficier de quelques restes qui amélioreront son ordinaire.

Après cet arrêt, 2 groupes se forment : un montera au col de la Golette par un sentier bordé de rhododendrons. Un peu avant le col on trouve les vestiges d’une ancienne mine d’or et d’arsenic, plusieurs panneaux nous expliquent son histoire. Nous redescendons tranquillement pour retrouver le sentier de départ et pour finir nous faisons le tour du lac de Salanfe, la boucle est bouclée, 6 h de marche, 800 m de dénivelé, un rafraichissement sur la terrasse est le bienvenu. L’autre groupe est redescendu directement en faisant néanmoins le tour du Lac.  Toute la troupe était enchantée de cette belle journée ensoleillée.

En ce samedi soir, beaucoup de monde, l’auberge affiche complet, deux personnes n’ayant pas réservé arrivent au moment du repas, pour les arranger la gardienne nous demande si nous pouvons les accueillir dans notre dortoir  car il y a justement 2 places disponibles. Nous ne pouvons pas refuser, mais leur nuit risque d’être perturbée par les ronflements divers et variés ainsi que les nombreux va-et-vient  aux toilettes, la jeunesse de nos hôtes ne connaissant pas encore ce genre de problèmes.

Dimanche matin, lever aux aurores pour faire le col du Jorat culminant à 2212 m. Au départ le sentier s’élève dans les alpages où les vaches paissent paisiblement en agitant leurs clarines. Puis nous cheminons dans un univers minéral sur les flancs du Salentin. Sur les crêtes du sommet nous apercevons de nombreux bouquetins très à l’aise sur ces escarpements rocheux, la cerise sur le gâteau !

Au sommet, nous avons une belle vue sur la vallée, le lac Léman et plus loin la ville de Martigny. Nous ne trainons pas car nous devons récupérer nos sacs pour redescendre où nous avons garé nos voitures. 2 heures d’une longue descente, sous un chaud soleil et avec des articulations douloureuses après 3 jours de grimpette intensive.

Il est tout juste midi, tout le monde se quitte, heureux de ce séjour très bien organisé. De nombreuses photos relateront ces bons moments, même si un oubli fâcheux auraient pu nous en dispenser de certaines, n’est-ce pas Jean-Louis ! Bravo et merci aux organisateurs.

Anne-Marie Brussier







CLUB ALPIN FRANCAIS CHALON SUR SAONE

ESPACE JEAN ZAY
4 RUE JULES FERRY
71100  CHALON SUR SAONE
Contactez-nous
Tél. 03 85 93 10 21
Agenda